comment-calculer-surface-emprise-sol

La surface d’emprise au sol représente la totalité de l’espace qu’un bâtiment occupe sur un terrain. Cette mesure inclut les murs extérieurs, les extensions et l’épaisseur des murs. Elle diffère de la surface habitable, qui se limite aux espaces intérieurs utilisables.

La surface d’emprise au sol détermine les autorisations nécessaires pour les projets de construction. Elle influence aussi la nécessité de faire appel à un architecte, en fonction de la taille du projet.

Les éléments à prendre en compte

Le calcul de la surface d’emprise au sol nécessite la prise en compte de plusieurs éléments :

  • La surface au sol de chaque pièce du bâtiment principal
  • L’épaisseur des murs
  • Les extensions comme les porches, pergolas et balcons

Ces éléments contribuent à la surface totale d’emprise au sol. Un calcul précis est indispensable pour obtenir les autorisations d’urbanisme requises.

plan-maison-tous-cotes

Les éléments exclus

Il existe des éléments spécifiques qui ne sont pas inclus dans le calcul de la surface d’emprise au sol. Ces exclusions comprennent :

  • Les surfaces des pièces situées aux étages supérieurs
  • Les terrasses de plain-pied peu surélevées
  • Les décorations extérieures telles que les marquises et encorbellements

Ces exclusions sont importantes pour déterminer avec précision la surface d’emprise au sol, qui a des implications directes sur les démarches administratives liées à la construction.

La méthode de calcul

Le calcul de la surface d’emprise au sol suit une méthode simple et directe. Il s’effectue en multipliant la longueur par la largeur de chaque surface concernée. Voici les étapes :

  1. Mesurer la longueur et la largeur de chaque élément constructif au sol
  2. Multiplier ces dimensions pour obtenir la surface de chaque élément
  3. Additionner toutes ces surfaces pour obtenir la surface d’emprise totale

Ce calcul permet de déterminer la surface totale occupée par la construction sur le terrain, un élément important pour les autorisations de construction.

Quelles implications ?

Le calcul de la surface d’emprise au sol a des implications directes sur le processus de construction. Il détermine le type d’autorisation nécessaire :

  • Pour une emprise au sol inférieure à 20 m², une déclaration de travaux suffit.
  • Si l’emprise dépasse 20 m² mais reste inférieure à 150 m², un permis de construire est requis.
  • Au-delà de 150 m², l’intervention d’un architecte devient obligatoire.

Ces seuils influencent les démarches administratives et les coûts associés au projet de construction.

Cas particuliers

Certains cas particuliers nécessitent une attention spéciale lors du calcul de la surface d’emprise au sol :

Ces exceptions doivent être prises en compte pour assurer la conformité du calcul avec les réglementations locales.